Mise à jour UEFI sans risque

0 sur 5 (0 votes)
Merci pour votre vote.

Il peut y avoir plusieurs raisons pour mettre à jour l'UEFI de sa carte mère, le changement de processeur par un modèle de dernière génération ou des problèmes de stabilité sont les principales. Hardware Mag vous détaille toutes les manières de faire des différents constructeurs, ainsi que les principaux réglages une fois l'opération effectuée.

La sortie de nouveaux processeurs peut vous donner l'envie d'upgrader, que vous ayez pris un  modèle d'entrée de gamme en attendant plus performant ou alors que vous avez tout simplement envie d'avoir le dernier CPU à la mode. Deux scénarios peuvent se produire, votre carte mère et son socket ne sont pas compatibles, auquel cas ce n'est pas la peine d'aller plus loin, ou alors vous devez mettre à jour l'UEFI avant d'installer le nouveau CPU, sous peine de vous retrouver face à un écran noir. Prenons l'exemple des Ryzen 3000, car ils viennent d'arriver sur le marché et peut-être que l'énorme Ryzen 9 3900X ou l'un de ses petits frères vous fait de l'œil. Si vous disposez d'une carte mère compatible (à voir sur le site du constructeur), disons une B450 ou X470, alors la mise à jour est obligatoire et doit être faite avec votre CPU actuel. De même, si vous avez un kit mémoire qui a du mal à tenir ses fréquences X.M.P, peut-être que le dernier UEFI résoudra ce problème. Nous pensons en particulier aux premiers processeurs Ryzen qui avaient du mal à tenir des modules de plus de 2666 MHz, les 3200 MHz sont facilement atteignables aujourd'hui ! Pour connaître la version exacte de votre UEFI, il suffit de vous rendre dans informations système de Windows (touche Windows + R et tapez msinfo32) puis de chercher la ligne correspondante. Vous pouvez aussi opter pour l'indémodable CPU-Z (cpuid.com). Notez que lors de la mise à jour, tous les réglages que vous avez définis dans l'UEFI sont remis à zéro, donc n'hésitez pas à les noter quelque part, en particulier si vous avez passé du temps à chercher un overclocking stable !

METTRE À JOUR UNIQUEMENT SI NÉCESSAIRE

Même si le processus de mise à jour de l'UEFI est relati­vement facile et se déroule bien dans la quasi intégralité des cas, nous vous recommandons de ne le faire que si nécessaire. Si vos composants fonctionnent parfaitement et qu'il n'y a pas de bug, gardez votre UEFI actuel. En effet, il est inutile de risquer de planter la carte mère (coupure de courant en plein milieu de la mise à jour par exemple) quand votre PC tourne comme une horloge !

ASUS

Chez Asus, comme chez les autres constructeurs d'ailleurs, il y a plusieurs méthodes pour mettre à jour votre UEFI. Si vous ne voulez pas mettre la main dans le cambouis, la manière la plus simple est de passer directement par Windows, via la partie EZ Update présente dans Al Suite III. Il suffit alors de vérifier les mises à jour (drivers, UEFI etc..) et de laisser la procédure se faire, c'est facile ! Vous avez également la possibilité, toujours dans EZ Update de mettre à jour manuellement l'UEFI en téléchargeant au préalable le bon BIOS. Attention à trouver le modèle et la révision exacts de votre carte mère, car un UEFI pour une rev 1.0 ne fonctionnera pas pour une rev 1.1 par exemple. Bien que «user friendly», nous ne recommandons pas cette méthode. En effet, si un souci se produit sous Windows pour une quelconque raison (écran bleu à cause d'un driver ou autre), vous vous retrouverez avec une carte mère qui servira de presse papier si un autre UEFI n'est pas présent physiquement. Bien sûr, tout se passe bien dans 98 % des cas, mais nous préférons ne pas être dans les 2 % restants ! La méthode la plus sûre est de passer par EZ Flash directement dans l'UEFI (Tool -> Utilitaire Asus EZ Flash) qui vous propose plusieurs façons de procéder. La première est directement via internet, soit par DHCP (adresse IP obtenue directement de votre routeur) soit en entrant directement votre adresse IP (ainsi que le masque de sous-réseau, la passerelle par défaut et le DNS), l'option PPPoE a disparu depuis les Z370 refresh et Z390. Si tout se passe bien, EZ Flash trouve le bon UEFI et vous n'avez qu'à suivre les instructions. La dernière option, et celle que nous préconisons consiste à télécharger le denier UEFI au préalable sur une clef USB (formatée en FAT32/16 obligatoirement) ou directement sur votre disque dur (et ça fonctionne en NTFS !) et de chercher le fichier directement avec EZ Flash.

ASROCK

Il y a également nombre de possibilités chez Asrock, en commençant aussi par Windows. L'utilitaire App Shop (qui n'est pas compatible avec toutes les cartes mères, une liste est présente sur le site du constructeur) propose, en plus de l'installation de tous les drivers la possibilité de mettre à jour l'UEFI de sa carte mère. Vous n'avez qu'à cliquer sur Update et le tour est joué. Une autre solution si vous voulez passer par Windows est d'aller sur le site Asrock, dans la partie téléchargement de votre modèle spécifique de carte mère et de prendre l'exécutable correspondant. Une fois lancé, le programme met à jour l'UEFI et redémarre automatiquement.

Il semble néanmoins que cette fonctionnalité ait disparu des cartes mères AMD, tout du moins à l'heure où nous écrivons ces lignes. A l'instar d'Asus et EZ Flash, Asrock propose Instant Flash. Pour y accéder, vous pouvez soit passer par l'interface de l'UEFI (Tool -> Instant Flash), soit en appuyant sur F6 au lancement de la machine. Une fois lancé, Instant Flash fait un scan des disques ou clefs USB disponibles (tous deux en FAT32/16/12 uniquement), et s'il trouve un fichier d'UEFI compatible, vous n'avez qu'à le sélectionner et suivre les indications. Enfin, Instant Flash supporte également la mise à jour via internet, soit via IP fixe soit en DHCP et vous pouvez même choisir votre serveur de téléchargement (Asie, Europe, États- Unis ou Chine).

GIGABYTE

Chez Gigabyte, les possibilités sont moindres, même si le principal est présent. Sous Windows, le constructeur met à disposition sa suite logicielle App Center, dans laquelle se trouve @BIOS, à télécharger séparément ou à installer directement dans l'onglet d'installation de nouvelles applications. Une fois lancé, vous avez le choix de télécharger directement la mise à jour depuis l'un des serveurs du constructeur (Taïwan, Chine, Japon ou États-Unis, il n'y a pas de serveur européen !), ou depuis votre ordinateur en ayant pris soin de télécharger le nouvel UEFI au préalable (un fichier .FX correspondant à la version de l'UEFI, ,F4 par exemple), il ne reste plus alors qu'à suivre les instructions et attendre patiemment que la mise à jour se fasse. La deuxième solution est d'utiliser Q-Flash, directement dans l'UEFI (F8 au démarrage de la machine, ou dans l'onglet situé en bas dans l'interface graphique). Son fonctionnement est simple et très similaire aux autres constructeurs. Il est tout d'abord nécessaire de formater une clef USB en FAT32/16/12 et d'y déposer le fichier de l'UEFI, de choisir ensuite si vous voulez mettre à jour ou sauvegarder l'UEFI actuel (ce qui peut être pratique) et de suivre les indications jusqu'au redémarrage du PC.

MSI

Pour ne pas changer des autres constructeurs, MSI propose également deux manières mettre à jour sa carte mère. Sous Windows, c'est Live Update 6 qui s'occupe de mettre à jour les pilotes et l'UEFI, à télécharger sur le site du constructeur. Par contre, il n'existe plus à part entière à partir des cartes mères Z390 et X570, MSI l'a inclus dans Dragon Center (accessible en cliquant sur le nuage dans le menu du bas). Une fois le logiciel lancé, sélectionnez «MB BIOS» puis lancez le scan, une ligne apparaîtra alors avec la version installée et la dernière version en ligne, il ne reste alors plus qu'à télécharger et suivre les instructions à l'écran. En passant directement par l'UEFI, c'est M-Flash qui est chargé de la mise à jour. Il vous est demandé alors de sélectionner la clef USB (formatée en FAT32 toujours), puis le fichier contenant l'UEFI (un .160, .170 ou chiffre correspondant à la version). Suivez les instructions à l'écran, le PC va ensuite redémarrer et procéder à la mise à jour, puis redémarrer à nouveau une fois terminé.

 

DES BIOS TROP PETITS?

L'ajout de nouveaux processeurs compatibles fait forcément gonfler la taille de l'UEFI, qui est enregistré sur une mémoire flash appelée EEPROM. Pour faire des économies, la capacité de cette puce peut être assez limitée, et c'est là que les soucis commencent. C'est MSI qui en fait les frais en premier, et cela concerne toutes leurs cartes mères 300 et 400 ! La compatibilité avec tous les Ryzen 3000 (Ryzen 3 2200G au Ryzen 9 3900X) est bien assurée sur tous les modèles A320 aux X470, mais au détriment de certaines fonctionnalités. En effet, l'interface graphique de l'UEFI Click BIOS 5 disparait, laissant place à un Click BIOS GSE Lite qui nous fait presque remonter le temps 15 ans en arrière. Malheureusement, ce n'est pas tout et les autres changements peuvent être plus embêtants. Tout d'abord, tous les CPU Bristol Ridge (gravés en 28 nm) disparaissent de la liste de compatibilité (A6 9500E à P Athlon X4 970). Ce sont certes d'anciens modèles, mais si pour une raison ou une autre vous voulez en installer un sur une carte mère avec le dernier UEFI en bêta, le PC ne démarrera pas ! Si les soucis s'arrêtaient là, on pourrait presque se faire une raison, il suffirait alors de garder un ancien UEFI qui fonctionne parfaitement bien. Si vous avez une machine avec un RAID contrôlé par le chipset et que vous voulez passer à un nouveau Ryzen 3000 par contre, vous n'allez pas aimer ce qui va suivre. Le constructeur a purement et simplement supprimé la fonctionnalité RAID de la bêta du dernier UEFI, vous aurez donc un CPU reconnu mais plus accès à votre grappe de disques en RAID, un problème qui sera certainement résolu dans la version finale, on l'espère tout du moins. Si MSI a réagi en premier en exposant les faits, ils ne sont pas les seuls à équiper leurs cartes mères d'une puce mémoire de 16 Mo. Et même si personne ne semble bouger pour le moment, il y aura certainement des surprises à l'avenir. Notez que si AMD n'assure pas officiellement la compatibilité des Ryzen 3000 avec les chipsets B350 et X370 (le choix est laissé au constructeur des cartes mères), les B450 et X470 sont par contre bien pris en charge, la disparition de fonctionnalités est donc difficile à avaler.

Et les laptops dans tout ça ?

Les laptops, ou les PC de marque, ont également droit à des mises à jour de leur UEFI, pour combler des failles, résoudre des bugs, toucher aux fréquences de fonctionnement du CPU ou encore modifier le profil de ventilation, bien que cela soit moins fréquent. Pour ce faire, les différents constructeurs mettent tous à disposition un exécutable qui est chargé de faire le travail puis de redémarrer la machine, à l'image de ce que l'on trouve chez les marques de cartes mères. Il suffit de se rendre sur le site du constructeur, de chercher le modèle exact (souvent trouvable sur une étiquette présente sous votre laptop) et de télécharger le fichier correspondant. Si vous n'avez pas accès à votre système d'exploitation, tout n'est pas perdu, car il existe des procédures similaires aux cartes mères pour PC de bureau, en passant directement par une clef USB bootable créée via le logiciel de recovery du fabricant.

Précédent Suivant >>

Cet article vous a plus ? Partagez le !

StarOfservice Top Pro 2015

jemepropose

aladom montevrain