Un PC ne meurt jamais

Est-il rentable de changer de carte graphique ?

Nous y voilà, la question que tout le monde se pose lors d'un upgrade de sa configuration, est-ce que cela vaut le coup de changer la carte graphique ? La question est plu tôt épineuse lorsqu'on a une configuration qui commence à dater. Il y a maintenant des années, il se disait qu'un processeur pouvait tenir deux générations de cartes graphiques avant de devoir être changé, afin de garder une certaine homogénéité de la configuration . Depuis 2011 et la sortie du plus vieux processeur de notre dossier, à savoir le Core i5 2500K, lorsque se battaient AMD avec ses HD6XXX contre Nvidia et ses GTX 5XX, autant dire que la date de péremption a large ment été dépassée ! En effet, depuis cette période, l'augmentation des performances des processeurs d'une génération sur l'autre a été minime, de l'ordre d'une dizaine de % à chaque fois, d'où la présence du Sandy Bridge encore aujourd'hui dans nombre de configurations.

Quel GPU

Restons réaliste, les processeurs de notre dossier ne sont pas taillés pour contenir les ardeurs d'une bonne grosse Nvidia RTX 2080 Ti, et ce n'est pas ce qu'on leur demande. Si vous voulez donner un coup de boost à votre ancienne machine, ce sont sur les cartes graphiques milieu de gamme qu'il faut tabler, les Nvidia GTX 1060 6 Go, GTX 1660 Ti 6 Go ou encore RTX 2060 6 Go, toutes dans un budget compris entre 220 et 370 € (pour les modèles les moins chers), bien sûr les AMD RX 580 / 590 (220 à 290 €) ne sont pas à écarter non plus. Afin de profiter au maximum d'un éventuel nouveau GPU, le moindre MHz compte, c'est donc pour cela que les Core i5 2500K et 4670K ont gardé leurs fréquences respectives de 4,4 et 4,5 GHz que nous avons réussi à atteindre lors des tests d'overclocking. On peut voir ici et là des préoccupations au niveau de la compatibilité des anciennes cartes mères avec les nouvelles cartes graphiques, dans la quasi-intégralité des cas vous n'avez absolument aucun souci à vous faire, cela fonctionnera parfaitement bien. Nous avons cependant eu par le passé quelques déboires avec les PC de «grande marque» et leurs cartes mères propriétaires, l'écran restant désespérément noir après le changement de GPU, c'est loin d'être systématique, mais cela peut arriver.

CPU limited

Avant de parler des performances de nos machines, rappelons qu'une Nvidia GTX 1660 Ti est plus performante qu'une GTX 1060 de 30 à 40 %, mais environ 10 à 15 % en dessous d'une RTX 2060, si le processeur le permet. En effet, si les résultats d'une RTX 2060 arrivent au niveau d'une GTX 1060, alors on est en plein dans ce que l'on appelle le «CPU limited», dans un jeu c'est la limite des FPS qu'un processeur est capable de maintenir, le GPU doit alors attendre que le CPU finisse de traiter l'image pour en envoyer une nouvelle. Malheureuse ment pour nous, il n'y a pas une règle unique que l'on peut suivre les yeux fermés lorsqu'on veut mettre à jour un PC pour jouer, chaque jeu applique une charge CPU et GPU différente et un titre peut tourner à 60 FPS constants tandis qu'un autre se traine à 20 FPS. Il s'agit d'ailleurs de la principale raison qui nous pousse à vous proposer des configuration s homogènes, pour ne pas vous trouver dans ce cas de figure. Qu'en est-il de nos vieilles bécanes, toujours fringantes au demeurant ? Commençons par Ashes of the singularity : Escalation, un RTS qui, comme tous les jeux de ce type sont particulièrement gourmands en ressources processeur. Cela ne loupe pas, tous nos processeurs arrivent rapidement à saturation dès lors qu'une GTX 1060 pousse derrière . Le pentium G4400 est vraiment le modèle qui tire le plus la langue, les deux cœurs sans hyperthreading sont particulièrement handicapants et on passe d'environ 27 FPS (R7 260X) d'origine à moins de 35 FPS à partir de la GTX 1060. Le Core i3 6100 quant à lui reste bloqué à 54 FPS quel que soit le GPU. Les deux Core i5 sont les grands gagnants, avec des FPS tout simplement doublés par rapport au GPU d'origine, 60 FPS pour le 2500K contre 66 FPS pour le 4670K, toujours avec cette barrière une fois la GTX 1060 installée. GTA V suit le même schéma, le Pentium G4400 ne profite que très peu de la puissance GPU supplémentaire , à peine 13 FPS pour stagner à 73 FPS. 102 FPS, c'est tout ce que vous pourrez tirer du Core i3 6100, même en y installant une RTX 2060 deux fois plus onéreuse. Les Core i5 2500K et 4670K voient encore un gros bon de performance en passant à la GTX 1060, plus de 120 FPS de moyenne, les GTX 1660 Ti et RTX 2060 n'apportent rien de plus. Overwatch n'est pas différent, mais cette fois le Pentium G4400 gagne 30 % de FPS en Full HD, contre 50 % en WQHD, il ne dépasse cependant pas les 64 FPS avec n'importe quel GPU. La machine basée sur le Core i3 6100 affiche un gain de seulement 9 % en remplaçant la GTX 1060 par une GTX 1660 Ti, autant dire que cela ne vaut pas le coût. Pour ne pas changer, les 2500K et 4670K sont ravis du changement, entre 50 et 80 % de FPS supplémentaires selon lë résolution. Par contre, on voit le bout de ce que peut donner la GTX 1060 en WQHD, environ 127 FPS tandis que les processeurs sont le facteur limitant en Full HD, 150 et 168 FPS (2500K et 4670K).

Au tour du GPU de limiter

Il était impensable de vous proposer uniquement des jeux CPU limited, sinon ce dossier n'aurait pas de sens. Dans Shadow of the tomb raider, tous les PC sont gagnants lors du changement de la carte graphique, à commencer par le petit Pentium G4400 qui fait un bond de 21 à 52 FPS en Full HD (+ 147 %) et de 13 à 39 FPS en WQHD (+ 200 %), c'est plus que significatif. A part en WQHD, la GTX 1060 reste cependant aussi performante que les modèles plus chers. Le Core i3 6100 permet d'exploiter les GTX 1660 Ti et RTX 2060 en WQHD dans ce jeu en particulier, avec 33 et 45 % de FPS supplémentaires (de 42 à 56 et 61 FPS) alors qu'il ne peut dépasser les 66 FPS en Full HD. On commence à voir des résultats normaux avec nos CPU quatre cœurs, de gros gains en passant d'une HD7950 à une GTX 1060 pour le 2500K (+50 % environ) puis des FPS qui montent petit à petit en changeant de GPU. A noter cependant les excellents résultats des cartes AMD d'ancienne génération dans ce jeu, la R9 290 OC (sortie en 2013 quand même) étant très proche de la GTX 1060. The Division et The Witcher 3 sont les parfaits clients pour le changement d'un GPU, tant ils sont peu gourmands en puissance processeur. Le Pentium G4400 est ravi et voit ses FPS exploser en changeant sa vieille R7 260X, il est cependant le seul à limiter les GTX 1660 Ti et RTX 2060. Par contre, ce que l'on ne voit pas dans ces graphiques sont les gros freezes dans The Witcher 3, l'image reste figée pendant plusieurs secondes très fréquemment, on voit les limites des deux coeurs. Les trois autres processeurs sont très proches, avec un avantage pour les Core i5 dans The Division.

Sandy Bridger n'est (toujours) pas mort

La principale règle que l'on peut tirer de ces données est qu'un processeur double-cœur (sans hyper- threading) est vraiment très limite de nos jours. Il permet encore de jouer dans des conditions correctes, mais lui adjoindre un GPU du calibre d'une GTX 1060 donnera des résultats en dents de scie, bridant cette dernière dès lors qu'un jeu gourmand en puissance CPU est lancé. Ce n'est pas la même histoire pour les modèles quatre coeurs, bien qu'ils soient un facteur limitant avec une GTX 1060 (et plus) dans certains jeux, comme Overwatch ou GTA V par exemple, ils arrivent à maintenir un framerate très largement suffisant pour la majorité des joueurs (100+ FPS). Dans les autres jeux, comme The Witcher 3, même une RTX 2060 est parfaitement bien exploitée. Si vous avez un Core i5 ou même un Core i3 (récent de préférence), épaulé par une carte graphique moins performante qu'une R9 290 / GTX 780, alors vous verrez une forte augmentation des FPS.

 

Pas plus gourmand

La course aux plus grosses alimentations fait rage, mais entre une carte graphique de 2011 et maintenant, est-ce bien nécessaire? La réponse est clairement non ! En gros, rien n'a changé et les recom mandations de l'époque (500 Watts pour la majorité des PC) sont toujours valables aujourd'hui. A part la R9 290, qui est un gouffre à Watts, particulièrement une fois overclockée (559 Watts à la prise tout de même), très peu de configurations non overclockées consomment plus de 400 Watts, et nous parlons dans le pire des cas avec une charge à 100 % des CPU et GPU. Votre alimentation vous dira même merci si vous passez d'une R9 290 à une GTX 1060, plus de 30 % d'augmentation de performances pour 150 Watts de moins.

Cet article vous a plus ? Partagez le !

StarOfservice Top Pro 2015

jemepropose

aladom montevrain