MBR vs GPT, mode UEFI : bon à savoir

Note utilisateurs: 0 / 5

0 sur 5 (0 votes)
Merci pour votre vote.

Depuis que le BIOS existe, nos disques durs utilisent la table de partitionnement MBR (Master Boot Record). L’UEFI, le remplaçant du BIOS, change la donne et exige l’utilisation d’une nouvelle table de partitionnement : le GPT (GUID Partition Table). C’est de l’hébreu tous ces termes pour vous ? Don’t Worry !

Les OS modernes ne requièrent dus d'entretenir fréquemment son HDD ou son SSD, tout est automatique. De l'exécution du TRIM sur les SSD pour effacer réellement les données supprimées logiciellement à la défragmentation des données : un disque dur, ces tâches sont exécutées automatiquement en tâche de fond.

Toutefois, si vous ne laissez jamais de répit à votre ordinateur ou que vous éteignez immédiatement après vous en être servi, il se peut que l'entretien prenne du retard, auquel cas vous pouvez le lancer manuellement (dans le menu démarrer, chercher Défragmenter et optimiser les lecteurs). Nous sommes toutefois confrontés à de nouvelles problématiques, notamment depuis le passage aux disques durs de plus de 3 To ainsi qu'à l'adoption d'UEFI à la place des BIOS traditionnels depuis quelques années.

Pendant des décennies depuis 1983 et PC-DOS 2.0 sur l'IBM PC/XT !), nos médias de stockage ont utilisé exclusivement le type de partition MBR (Master Boot Record). Il ne faut pas confondre MBR avec le type de partition (FAT, NTFS...) qui correspond à la gestion logicielle des données par l'OS tandis que MBR est la manière dont le disque dur gère les partitions en elles-mêmes. Confronté à des limitations (notamment l'impossibilité de booter sur une partition de plus de 2,2 To), MBR a cédé sa place à GP (GUID Partition Table). Actuellement, tous les SSD et HDD vendus neufs sont préconfigurés en GPT. Quand on installe Windows en mode UEFI (c'est-à-dire pour exploiter tous les avantages liés à UEFI en temps de boot ou en matière de sécurité), un disque GPT est obligatoire. Il arrive qu'on se retrouve bloqué à ne pas voir son SSD/HDD dans l'installeur de Windows (ou que l'installeur refuse d'installer dessus) selon le type de boot choisi et, généralement, le problème tient au mauvais choix MBR/GPT.

Convertir un SSD/HDD avec DISKPART

Si vous désirez réutiliser un vieux disque dur dans un PC dernier cri et l'installer en UEFI, il faut le convertir en GPT. A l'inverse, si vous préférez installer Windows en mode de compatibilité BIOS (Legacy), par exemple pour exploiter de vieux contrôleurs de stockage qui ont besoin d'être initialisés, vous aurez besoin de convertir votre nouveau disque système de GPT vers MBR. C'est très facile à faire à l'aide de l'outil Diskpart intégré à Windows.

Sur un PC déjà installé, lancez-le depuis une invite de commande, mais il est également accessible via un média d'installation de Windows en choisissant de réparer l'OS plutôt que d'installer. Une fois dans Diskpart (en ligne de commande), tapez list disk puis select disk X en remplaçant le X par le numéro du disque à convertir (ne vous trompez pas !). Il n'y a plus qu'à taper convert gpt (ou convert mbr) et patientez brièvement.

S'il y avait déjà des partitions et des données, celles-ci sont conservées.

Pour finir, entrez exit pour quitter Diskpart et rebootez votre PC !

Alignement des partitions

SSD et HDD écrivent les données par blocs (de 512 bits pendant 30 ans, de 4Kbit depuis le début des années 2010). Mais il faut distinguer l'écriture logique (sur la partition par l'OS) de l'écriture physique (quand le disque transcrit cette écriture matériellement sur ses plateaux).

Pour des performances optimales, il est important que les partitions soient dites alignées, c'est-à-dire que son premier bloc corresponde bien au début d'un bloc sur le SSD/HDD. Si ce n'est pas le cas, on perd un peu de temps à transcrire systématiquement les adresses d'une part, mais surtout, il faut parfois écrire sur le média à plusieurs reprises si un fichier se retrouve à cheval à cause d'un désalignement ; par exemple un fichier de 3 ko à cheval sur deux blocs de 4 ko, ça prend deux fois plus de temps à écrire que de le loger dans un seul bloc de 4 ko.

Windows créé automatiquement des partitions alignées depuis Windows 7, on rencontre donc rarement des problèmes. Toutefois, après avoir migré d'un HDD vers un SSD, sachant que la première partition est généralement écrite après le 63e bloc sur un HDD et après le 64e sur un SSD, il se peut qu'un désalignement se produise. Pour vérifier, lancez les informations système (Win+R puis msinfo32), développez Composants, Stockage puis Disques et observez l'offset de démarrage pour chaque partition. Divisez-le par 4096 et, si vous n'obtenez pas un nombre entier, il y a désalignement. Pour corriger un problème d'alignement sans formater, nous vous invitons à télécharger gratuitement MiniTool Partition Wizard Free (partitionwizard.com), de faire un clic droit sur vos partitions et de cliquer sur Align.

Cet article vous a plus ? Partagez le !

StarOfservice Top Pro 2015

jemepropose

aladom montevrain